[ailleurslatete]

Accueil / Sans tête / Trois imperfections

Trois imperfections

16673e jour, par JC Sekinger

Voilà bien dix fois que je relis ces trois paragraphes de La Règle de perfection [1] dans lesquels l’auteur décrit trois imperfections, infimes, insaississables, de ce qu’il appelle « étendement d’esprit », avec cependant une très grande et admirable précision :

« La première desquelles [2] est un trop grand bouillonnement de désirs et ferveurs de l’âme, sentant trop l’actif, empêchant la douce paix et souef [3] repos de l’Époux dans l’âme, et son entière et unique opération, absolu et entier domaine et seigneurie en icelle. Et par ce moyen, elle ne se laissait pas être parfaitement illuminée, et ne se tenait pas aux doux baisers, ardents et flamboyants et chastes embrassements, mais demeurait aucunement [4] courbée en elle-même »

« La seconde est en une secrète, subtile et inconnue image, que l’âme retient de la volonté de Dieu, qui empêche de la voir essentiellement. »

« La troisième est que quelquefois elle ne regardait son Époux sans hésitation comme vraiment présent, et comme plus présent qu’elle-même, plus dedans elle qu’elle-même, plus elle qu’elle-même, mais comme en Paradis, ou quelque part plus éloigné d’elle qu’elle : d’où advenait que ni la foi n’était vive, ni l’espérance si grande, ni l’amour si brûlant, ni les familiarités si très admirables, comme autrement elles eussent été. »


[1Il s’agit de la pages 42 et du début de la page 43 de La Règle de perfection de Benoît De Canfield, éd. Arfuyen, 2009. Par ailleurs, je remercie José Le Roy d’avoir parlé de ce livre

[2La première de ces trois imperfections (note de jc)

[3Suave (note de jc)

[4De quelque façon, en quelque sorte (note de jc)

, ,