[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Cosmogonie

Cosmogonie

17964e jour, par JC Sekinger

Au début, il y a l’indistinct.
Ni clair ni sombre, ni tout ni rien.
 
Puis il y a séparation :
surface, distance
 
Et temps,
puisqu’il faut bien les parcourir
 
Comme le sable de la plage
scintille dans le sablier
 
Alors sont séparés
les battements du cœur
 
les allées et venues
les lèvres, des baisers
 
le ventre, des caresses,
la parole, des silences
 
Les figues tombent du figuier
tu te penches pour mieux les voir
 
les fourmis affairées
dans le sucre des fruits
 
Les mains sont loin l’une de l’autre
pour qu’elles se trouvent,
 
pour se déprendre, pour saisir
déposer, protéger, offrir
 
La fleur est éloignée du soleil qui l’embrasse
sinon elle ne s’ouvrirait pas
 
et de l’air qui l’entoure
en portant son parfum
 
La source est loin de l’océan
pour que s’écoule une rivière
 
les visages sont séparés
pour apparaître en un regard
 
Et ces mots, noirs, sont des rochers
dans les remous blancs du papier

, ,