[ailleurslatete]

Accueil / Sans tête / « Je l’appelais doucement »

« Je l’appelais doucement »

17855e jour, par JC Sekinger

« Finalement, mes yeux, je les rouvrais. Je le faisais en un endroit que j’étais tout seul à connaître. Secret et incroyablement clair. Ce n’était plus au milieu du visage, dans ces deux trous qui miroitent. Ce n’était même plus au bout de mes doigts que j’essayais de faire oublier. Mais dans une circulation, comme celle de l’eau claire, à travers ma gorge, mon front et ma tête − toute ma tête. C’était dans un grand passage de la vie ; et cette vie était la mienne sans doute, pourtant je la prenais ailleurs qu’en moi − dans tout l’espace, on eût dit. Je l’appelais doucement. Quand je m’énervais, elle ne descendait plus. Mais bien reçue, elle permettait que je regarde. Regarde ! Regarde ! »

Conversation amoureuse, Jacques Lusseyran, Triades 2005

, ,