[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Sansula

Sansula

16670e jour, par JC Sekinger

L’opticien n’a pas commandé le bon verre de lunettes alors, avant que la réparation ne soit faite, je ne peux superposer les images de mes deux yeux que jusqu’à quelques mètres, nombre de mètres variable en fonction de mon degré de fatigue. Au delà de cette distance, je vois double, je louche. Intensité du dédoublement, fonction de l’éloignement et mélangée aux troubles indices de la diplopie. Je vois en rêve.

La conteuse est dans une petite salle de la bibliothèque. Elle a deux beaux sourires, dont un sur le front, et quatre mains. Elle raconte des histoires qui soulèvent des boues d’enfance qu’elle fait retomber en pluies d’or. Dans la pénombre, entre chaque conte, elle pose un étrange instrument sur ses genoux. Elle en joue avec les pouces, cela ressemble à une kalimba ou une mbira mais fixée au centre d’un tambourin ovale qui fait résonateur. J’entends en rêve.

, ,