[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Ne peut se déplier

Ne peut se déplier

18642e jour, par JC Sekinger

Dire qu’« un » est multiplié par « un » est absurde : cela revient à dire qu’il n’est pas plié du tout.

Comme on dirait « le point du jour », « un » est le point de l’être. Par lui, l’être est toujours d’aurore.

Il est dans la nature des choses d’être pliées sur elles-même, ne serait-ce qu’une fois et quelle que soit leur taille, d’être multi-pliées, d’apparaître − en ayant disparu à l’intérieur d’elles-même − par capillarité depuis le point central.

Tout autre nombre qu’« un » n’existe que par « un » et pliages successifs. « Un » ne demande rien, se suffit à lui-même. « Un » est inexplicable − ne peut se déplier.

,