[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / La tache blanche

La tache blanche

16421e jour, par JC Sekinger

Il m’est arrivé une drôle de chose ce matin : j’avais un plan, une carte d’une région voisine (j’ai toujours du mal à les replier). Je n’avais que celle-là d’ailleurs, et une du Mont-Blanc (je refais l’itinéraire de mes promenades en suivant les chemins puis arrêtant mon doigt dans les terrains de camping). Ce matin, j’ai déplié la vieille carte (pas celle des montagnes mais l’autre) et là où se trouvait une ville à laquelle je songeais quelquefois, une grande ville, il y avait une tache blanche, étendue comme une pièce de monnaie, mais effrangée. Je regardais derrière la carte : il n’y avait aucune auréole, aucune trace. Perplexe, j’imaginais quelque mauvais hasard de bisulfite de soude. Je repliais la carte en me trompant deux fois.

Vers treize heures, cette bizarrerie m’obsédant, j’ouvris rapidement la carte. Elle craqua en se dépliant et je craignis de la déchirer. Alors, mes cheveux se hérissèrent et je vacillais : la tache s’était tellement agrandie que c’était désormais un vide dans lequel j’étais près de tomber.

,