[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Corps plus étroit

Corps plus étroit

15484e jour, par JC Sekinger

Une de mes surprises, au Centre de rééducation où je suis né à ma vie de handicapé, c’est qu’à propos des gens non-handicapés, on disait « les valides » : Je n’avais jamais, durant ma vie d’avant l’hôpital, entendu ou imaginé qu’on puisse substantifier cette simple qualité, cette évidence commune et naturelle !

« Le » valide ? Après tout, on dit bien « le » handicapé... juste retour des choses.

En y réflechissant plus je me dis que le handicapé physique, dans le trou de son corps, se demandera : « pourquoi suis-je handicapé plutôt que valide ? » alors que « le valide » ne se posera pas de question quant à la validité de son corps (pourquoi, alors que d’autres ne le peuvent pas, puis-je courir, discourir, etc.). Il pourrait au mieux se demander ce qu’il fait là ou qui il est...

De ce point de vue, le handicapé est moins que le valide : il a moins de corps, moins d’aisance, moins de liberté.

Impossible cependant de dire que le valide souffre moins que le handicapé, que ce dernier souffrirait par conséquent plus que le premier : Une atteinte portée à l’intégrité du corps, quelque soit son étendue, peut provoquer des douleurs presqu’insupportables.

Le handicapé vit dans une prison plus étroite que le valide, c’est tout.

,