[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Les commencements

Les commencements

18503e jour, par JC Sekinger

Quand V. m’a donné hier soir l’idée de me livrer (!) à l’exercice de lister les « premières fois » de l’année passée, j’ai été enthousiaste à l’idée de la belle moisson qu’allait donner une telle anamnèse : tous les commencements de 2014 ! Il y aurait là de quoi marcher vers l’avenir !

Mais la plupart étaient tristes ou inquiétants.

Encouragé par mon amie, il m’a alors fallu chercher, interroger lentement, regarder une à une les photos de l’année écoulée, pour redécouvrir toutes les premières fois heureuses et celles-là ont fini, ce matin, de rayonner sur les moments les plus tristes :

Ce qui est triste, je le garde, ce sont des chemins pour moi seul. Alors en 2014, c’est la première fois

- ... que j’ai fait une carte de vœux avec mes enfants
- ... que j’ai eu 50 ans
- ... que j’ai osé goûter le natto
[...]
- ... que j’ai fait germer un chêne dans un pot
- ... que V. est venue chez moi
- ... que j’ai fait semblant de pique-niquer au bord de la mer, pour des photos
- ... que j’ai parlé italien avec une italienne
- ... que j’ai dit à cette belle jeune femme  : « j’aimerais vous photographier, le permettez-vous ? » (et elle a dit oui)
[...]
- ... que j’ai fait un portrait de Germain
- ... que j’ai regardé des offres de location immobilière avec Nelly (courage pour moi, rêve pour elle et joie pour nous)
- ... que j’ai fabriqué et installé chez moi un grand tableau pour écrire à la craie
- ... que je me suis enregistré lisant mes propres textes
- ... que je suis allé au restaurant avec plus de 20 personnes
[...]
- ... que j’ai compris qu’on puisse me trouver bizarre

Le malheur a un poids tandis que le bonheur n’en a pas et ne laisse aucune trace. Le bonheur a une grâce de fleur et d’air chaud.

Les moments tristes et heureux de l’année-qui- vient s’enracineront et fleuriront sans doute dans chacun des commencements de l’année-qui-finit, alors je nous souhaite de les recevoir et de les rencontrer, et qu’ils deviennent de lointains amis venus vraiment pour nous