[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Il n’y a que son handicap qui l’attende

Il n’y a que son handicap qui l’attende

17190e jour, par JC Sekinger

Oui, il tremble le cérébelleux, sa nuque lui fait mal aussi, comme si son cou était horizontal. Son handicap physique est comme un sale type à qui il doit donner la main chaque matin pour ne la relâcher que la nuit, alors qu’il dort inquiet et seul. Le matin il est de nouveau là, couché contre lui, le sale type tordu et douloureux qu’il doit aimer. Son handicap ferme le visage des autres, et leurs mains. Son amour est intact pourtant, plus grand que jamais mais il n’y a que son handicap qui l’attende.

, ,