[ailleurslatete]

Accueil / Aperçus / À midi, Erik Satie

À midi, Erik Satie

16563e jour, par JC Sekinger

À midi, j’ai tout mangé en « i » : du riz, des azukis, des algues nori et des zucchini (pas de dessert) mais Erik Satie l’écrit :

« Je ne mange que des aliments blancs : des œufs, du sucre, des os râpés ; de la graisse d’animaux morts ; du veau, du sel, des noix de coco, du poulet cuit dans de l’eau blanche ; des moisissures de fruits, du riz, des navets ; du boudin camphré, des pâtes, du fromage (blanc), de la salade de coton et de certains poissons (sans la peau) [1]. »

Là, je dis : « Bon appétit ! »

Erik Satie, 1914, Les Trois Valses Distinguées Du Précieux Dégouté (accordéon, Teodoro Anzellotti)

[1Mémoires d’un amnésique, LA JOURNÉE DU MUSICIEN (extrait), Revue Musicale, IXe année, n° 2, 15 février 1913, p. 69

,