[ailleurslatete]

Accueil / Purgatoire / Étrangeté familière

Étrangeté familière

18119e jour, par JC Sekinger

Mon petit garçon vient de me téléphoner. Il croquait des céréales.

On est tout sensible le matin − lui comme moi − mais je garde les idées claires sur la vie qui est la mienne désormais, j’accepte cette scission sans conditions.

Ça me met face parfois à un mur bien étrange au bas duquel sont deux enfants qui me regardent. Le mur est au soleil, et il y a des fleurs, comme là-bas.

Je découvre un rapport avec le présent que je n’avais jusqu’ici qu’avec le passé  : je dois vivre et encore vivre des souvenirs toujours vivifiés, vivre et encore vivre cette étrangeté familière.

, ,