[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Certaine douceur perdue

Certaine douceur perdue

17222e jour, par JC Sekinger

Comme s’il n’avait jamais été bercé que par l’air froid, il s’entoure de grisaille et de pâleur. Il écoute et regarde intensément. Heureusement, il aime le rouge : ultime éclat de la lumière avant que l’obscurité n’éteigne tout. La couleur est alors en feu et ne fait cendres ni crépitement. Ce feu est d’autant plus rouge que certaine douceur perdue ne se retrouve plus.