[ailleurslatete]

Accueil / Aperçus / Tableautin

Tableautin

17121e jour, par JC Sekinger

J’ai cru remarquer que des tableaux, au delà d’une certaine dimension, s’imposent au regard, forcent le regard. S’ils sont, en plus, bariolés, ils proposent une complétude rassurante. Tout est là — se dit-on — et j’ai tout vu, c’est admirable.

Mes tableaux sont relativement petits : 30×30cm ; c’est plus grand qu’une fourmi mais plus petit qu’un vélo. Il faudrait presque se pencher vers eux pour les voir.

Imaginez un monochrome de Soulages en 30×30cm ! Ridicule. La dimension est un « invariant plastique [1] », elle est signifiante : de même qu’un type qui parle fort a plus de chances d’être entendu qu’un type qui murmure.

Je murmure en peinture.

Je le constate. Ça n’est pas une décision. C’est comme ça.


[1A.Lhote