[ailleurslatete]

Accueil / Purgatoire / Sang de clou et pesanteur

Sang de clou et pesanteur

18355e jour, par JC Sekinger

Il a cinquante ans, le poil gris, le cheveu rare et très court. Le corps un peu voûté d’un maigre adolescent. Sa grand-mère lui disait quand il était enfant − vraiment enfant −  « tu es maigre comme un cent de clous » et il comprenait, avec son petit corps d’enfant : « comme un sang de clou », un comble de l’inexistence qui lui semblait terrible. Mais qu’aurait-il pu y faire ? Aujourd’hui, il ne mange plus d’animaux par solidarité, avec les vaches ou les poules qu’il ne veut plus voir enfermées, privées de ciel et tuées machinalement. Ni cochon exterminé dans des camps, ni poisson d’argent médicamenté. Il a même encore maigri ces temps-ci, suite à un violent chagrin d’amour. Pourtant son corps lui pèse. Mais que peut-il y faire ?

, ,