[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / S’aplatir devant l’argent

S’aplatir devant l’argent

16687e jour, par JC Sekinger

Dans un « article » du 3 avril 2008 j’avais épinglé deux sortes d’artistes très différents. Si vous prenez le temps de regarder les vidéos d’alors, vous comprendrez que je n’avais pas été très charitable. Je ne le suis pas devenu mais, néanmoins, quelque chose a changé : je ne le titrerais plus "Non !", les yeux écarquillés, mais "Bah !", l’air accablé.

Accablant, en effet, de constater aujourd’hui encore, la confusion et la mésestime des valeurs données à l’art et à l’argent.

Les formes de l’art occidental ont changé depuis la Renaissance ? Soit mais le marché de l’art a changé lui aussi et à l’heure du "don à l’étalage" (entre autres formes plus ou moins riantes d’une économie du partage et du don), il serait temps de redonner du sens à l’art et d’arrêter de s’aplatir devant l’argent.


Les aplatissements de l’art devant le marché ne manquent pas. Sans ordre et sans possibilité d’être exhaustif :
- Règle du tirage limité (matrices rendues inutilisables)
- Recherche de style
- Avilissement, auto-mutilations, chirurgies, auto-ridiculisation et autres tragédies bouffonnes (note du 10/06/2011 : ces pratiques sont tragiques et ne sont pas « bouffonnes », ce sont les cupides qui trouvent ça génial qui sont les bouffons)
- Publicité
- Médiateurs artistiques dévots (critiques, enseignants, galeristes, conservateurs)
- Auto-admiration des artistes
- ...


Beaucoup de choses à lire, à voir et à dire sur ce sujet. Mais commencez par cette page. Puis voyez un peu le côté obscur de la force

,