[ailleurslatete]

Accueil / Sans tête / « Mourir pour l’autre »

« Mourir pour l’autre »

Extrait de {54 expériences de spiritualité quotidienne} (expérience 37, page154), par José Le Roy et Lorène Vergne, publié aux éditions Almora

16593e jour, par JC Sekinger


matériel : aucun
temps : 10mn
nombre de participants : 2 au minimum

La relation avec l’autre est une des principales sources de nos problèmes et de nos souffrances. L’autre nous juge, nous compare, nous chosifie. Comment être libre de cette aliénation ? Comment réussir à échapper au regard d’autrui ?

L’expérience suivante est semblable à celle du tube mais se passe de cet instrument. Pour la faire il faut être deux. Après avoir choisi un partenaire, tenez-vous debout devant lui (l’expérience peut se faire assis). Restez ainsi immobile avec l’autre personne devant vous. Faites durer l’expérience pendant au moins dix minutes.

Regardez son visage.

- Combien comptez-vous de visages dans la relation : deux ou bien un ?
- Y a-t-il une relation de symétrie entre vous et lui ?
- Vous voyez une tête là-bas, voyez-vous la même chose de votre côté ?
- Là-bas vous voyez une chose colorée, voyez-vous la moindre couleur de votre côté ?
- N’est-ce pas plutôt transparent ?
- Là-bas vous voyez un visage avec des formes, voyez-vous la moindre forme de votre côté ?
- N’est-ce pas au contraire sans forme ? Vide ? Ouvert ? Transparent ?
- Etes-vous face à face ou bien plutôt face (là-bas) à Espace (Ici) ?
- L’autre est-il réellement en train de vous regarder ?
- Son regard pointe-il vers quelqu’un qui pourrait être jugé ?
- Ses yeux ne se dirigent-ils pas au contraire vers l’espace vide ?
- N’êtes-vous pas devenu invisible ?
- La personne devant vous n’est-elle pas toute seule en train de regarder vers le vide ?

Ainsi ce que nous révèle cette expérience, c’est que nous n’avons jamais été face à face avec les autres, même pour une seconde ; nous ne sommes pas dans une relation de symétrie avec les autres mais dans une relation d’asymétrie. Nous sommes un Espace, une Ouverture vide, sans couleur, sans forme et consciente d’elle-même comme espace, nous sommes grands ouverts pour accueillir ICI, au dessus de nos épaules, tous les visages.

Ainsi l’affrontement tombe pour laisser place à une relation d’unité, ancrée dans le Mystère. Regardez, c’est simple. Osez disparaître, acceptez de mourir en faveur de l’autre.

Voyez que vous n’êtes pas de ce monde, mais l’Espace qui accueille le monde, sans effort et avec courtoisie comme disait Douglas Harding.

Quelle différence entre la fiction que nous raconte la société et ce que nous découvrons quand nous prêtons attention aux faits !

Ainsi l’autre ne m’aliène plus mais me révèle Qui je suis. Son regard pointe vers l’espace invisible que je suis. Chaque rencontre est donc l’occasion de s’éveiller à soi-même.

, ,