[ailleurslatete]

Accueil / Purgatoire / Le Musée Gauguin de Papeari ?

Le Musée Gauguin de Papeari ?

16340e jour, par JC Sekinger

Je déteste voyager mais quand on nous a offert le voyage à Tahiti, en 2002, j’ai accepté : on y parle français, une cousine travaillait là-bas, une tante y avait vécu longtemps et mon père était allé y peindre...

Tout y fut poignant et doux à la fois : la chaleur, les odeurs, la Pointe Vénus, les cantonniers avec une fleur fermée de tiare à l’oreille, les tas de bananes au bord de la route, les beaux vendeurs de coco, les belles bavardant (« A poe te aute ») assises dans la mer, pareo flottant autour d’elles...

Une exception : À Papeari, le Musée Gauguin. Je venais de lire Noa-Noa et mon amertume fut grande de n’y voir aucune toile de Paul Gauguin. Seuls deux murs de cartes postales de reproductions de tableaux montraient les collections des musées américains, anglais, hollandais, français, allemands, russes... Il faut aussi mentionner qu’en fait de peintures authentiques on ne pouvait que se désoler de quelques maladroites reproductions d’amateurs.

Le Musée Gauguin de Papeari ? Quelques objets en bois sculptés par Gauguin (une cuiller par exemple) et des moustiques gros comme le pouce.

« Dans les salles consacrées à la période bretonne de Gauguin, on peut voir un authentique menhir, provenant de la pointe du Cabellou (Concarneau). » (le catalogue)


Entendons-nous bien : je n’en veux surtout pas aux tahitiens, mais à ces abrutis de colonialistes qui ont dépouillé Gauguin.

, ,