[ailleurslatete]

Accueil / Purgatoire / La dignité et la joie !

La dignité et la joie !

17029e jour, par JC Sekinger

Des différentes manières d’assortir hommes et femmes, mais je suis loin d’être un expert, je n’en connais pas qui fonctionne durablement ou sans violence, mensonge, aliénation. Mon histoire d’abord est celle d’un enfant de parents divorcés : jeunes gens devenus parents par inadvertance, l’aveugle et immense « vouloir-vivre » ayant vivifié et embrasé leur amour. Puis il y a eu la religion, la peur du qu’en dira-t-on. Mon père s’est enfui vraiment. Ma mère s’est enfui au dedans d’elle-même. J’avais trois ans.

La durée des relations sexuelles spontanées est de trois ans dit Wilhelm Reich, que se passe-t-il après ? Je vois ceux qui s’accommodent de cette abstinence forcée, chez qui le « vouloir-vivre » ne se retourne même pas sur lui-même mais agonise dans le mépris et la rancœur. Je vois ceux qui mettent leur sexualité sous perfusion en se consommant les uns les autres (Il n’y a qu’un édifiant lapsus entre "consommation" et "consolation" a remarqué Patrick Viveret). Il y a ceux qui trichent en (se) mentant de toutes les manières possibles, ceux qui s’humilient eux-même aussi, et ceux qui se cachent... Il y a les célibataires qui vont d’écueil en écueil et ne cessent de fuir, faute de comprendre ce qui les motive. Ceux qui quittent "le domicile conjugal", comme mon père ou disparaissent dans la dureté de leur cœur, comme ma mère.

Je ne parle même pas des religions aliénantes et castratrices.

Je ne vois d’issue que dans le respect, la clarté, la liberté, la confiance, la douceur, la dignité et la joie !

,