[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Elle, si vous préférez

Elle, si vous préférez

17865e jour, par JC Sekinger

Les larmes sont de la nature du sang et, comme lui, peuvent être signe de mort ou de vie. Leur composition les distingue peut-être mais surtout leur poids : Les premières tombent, larmes pesantes qui nous tirent vers le sol et ses obscurités. Les autres montent et l’âme s’allège

Hercule Savinien Cyrano de Bergerac imaginait, au XVIIe siècle [1], qu’un homme ayant entouré sa taille d’une ceinture de fioles de rosée s’envolait lorsque « la chaleur du soleil les attirait ». Comme la rosée, les larmes vraiment transparentes ont sûrement cette grâce.

« On ne devrait jamais pleurer tout seul », il faudrait un ami, une chaleur. Car si nul ne les recueille, les larmes tombent et l’âme rouille.

On ne sait généralement rien de la présence de Dieu en nous − la Transparence, si vous préférez − car Celui-ci est silencieux. Il garde le silence comme on garde un trésor : ce n’est pas à Lui de « parler » mais à nous de nous taire.

Voyons-le et nos larmes nous élèverons (ces larmes silencieuses) : Il est toujours visible, même paupières baissées − Elle, si vous préférez.


[1Cf. Voyage dans la lune - l’autre monde ou Les États et empires de la Lune Flammarion, Paris, collection GF, numéro 232, janvier 1970

, , , ,