[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Chaque parole est d’un autre monde

Chaque parole est d’un autre monde

19336e jour, par JC Sekinger

Les mots ont la signification que chaque locuteur leur donne : l’émetteur comme le récepteur et ces définitions d’un même mot sont nécessairement différentes. Peut-on éviter le malentendu en vérifiant dans un même dictionnaire ? Les différences seront amplifiées dès qu’on y lira : le mot dont nous cherchons la définition y sera défini par 15 autres.

Postulons que sur cette définition de 15 mots, 2 autres mots posent problème [1], identiques pour chaque locuteur. Cherchons les définitions de ceux-là... 30 mots viennent s’ajouter aux 15 précédents... nous étions en désaccord sur un mot, puis sur 2 autres, viennent s’en ajouter 4 : voilà 7 risques de malentendu... vérifions encore plus loin : 15 à la troisième vérification, 31 à la quatrième, 63 à la cinquième, puis 127, 255, 511, 1023...

Mais la parole est un système chaotique car le nombre de malentendus varie imprévisiblement : s’il y a 2 mots pour l’un, il y en a peut-être 3 pour l’autre, et ce ne sont pas nécessairement les mêmes, il y a aussi les mots dont on ne veut pas admettre la définition que l’autre en donne, les mots qui fâchent, ceux qui font peur... il y a toutes les hésitations, les certitudes, les chuchotements... Le chaos se glisse dans les plus petites différences.

Impossible de se comprendre ? Pas si chacun reconnaît humblement qu’a priori la parole est un chaos, qu’il va falloir écouter l’autre parler de son monde et l’aider à en parler sans crainte, lui parler du nôtre aussi, et comme d’un autre car chaque parole est d’un autre monde.


[1mais sur les 13 autres les désaccords peuvent très bien ne pas s’être encore révélés — voir le § 3

,