[ailleurslatete]

Accueil / Notes en l’air / Bleu du ciel impeccable

Bleu du ciel impeccable

dimanche 16 avril 2017, 19338e jour, par JC Sekinger

Elle pourra le quitter un soir, ou un matin : il l’aime tellement qu’il n’a plus peur.

Lorsqu’on a compris une chose, on ne peut pas la « décomprendre » : on peut partir après être venu, on peut corriger ses erreurs, oublier ce qu’on a appris, on doit aussi dormir, manger, expirer — mais on ne peut pas « décomprendre » (il songe alors aux épis de l’orge des rats)

Il ne la connaîtra jamais aussi bien qu’elle se connaît elle-même mais il saura toujours sur elle des choses qu’elle ignore (et réciproquement)

Ça n’est pas par la révolte que se construisent les choses. Goethe sur ce point se trompait — et lui se trompe peut-être aussi (et il hausse les épaules).

Bleu du ciel impeccable.