[ailleurslatete]

Accueil / Histoires / Au milieu du large pont

Au milieu du large pont

17561e jour, par JC Sekinger

Z n’étant pas de ces gens qui soliloquent et n’ayant que des interlocuteurs qu’il craignait d’envahir, il préférait écrire, et où qu’il soit, sortait son carnet.

Il en aimait l’usure, la façon qu’avaient ses angles de s’arrondir comme des marches d’escalier, de s’adoucir comme des savonnettes.

Il usait, en écrivant, les marches fragiles de son existence. Il s’appliquait a en laver les longues rayures obstinées.

Cet après-midi là, revenant de chez D, il s’est arrêté au milieu du large pont, au dessus du large fleuve. Il a longtemps regardé l’eau et le ciel (quelle est la vraie couleur des choses ?). Il a posé son carnet sur le parapet, comme des sandales d’Empédocle, et a noté :

« Arrêter d’aller quelque part
de se rendre en un certain lieu,
pour se rendre,
enfin,
se rendre où l’on se trouve,
déjà,
et sans l’avoir cherché »

(Puis a longtemps encore, regardé dans le vide).

,